Aller au contenu

Bon sens: Le moment est venu de mettre fin à l’état d’urgence pandémique

  • par

Un texte au combien d’actualité. Debout le peuple, faites vous entendre encore plus fort, cela doit céder! Le canada montre l’exemple, 2.3 mio de manifestants ce weekend à Ottawa, 50’000 camions bloquent la capitale, le “dernier” ministre, le lâche et le traître Trudeau est en fuite.
Leur narration s’effondre d’elle-même avec l’hospitalisation en masse des vaccinés, pour qui omicron est plus dangereux que pour les non vaccinés.
Ils nous ont tous trompés, quel que soit votre pays. Médias, politiques et industries se sont réfugiés derrière un discours scientiste, ont niés toutes les études qui démontrent sans équivoque que vaccins, masques et confinements n’ont servis a rien.

Bonne lecture,

Jeff

Le moment est venu de mettre fin à l’état d’urgence pandémique. Il est temps d’en finir avec les contrôles, les fermetures, les restrictions, le plexiglas, les autocollants, les exhortations, la panique, les annonces de distanciation, les publicités omniprésentes, le masquage forcé, les mandats de vaccination. On ne peut pas dire que le virus a disparu, l’omicron continue de se propager sauvagement et le virus peut circuler pour toujours. Mais en nous concentrant normalement sur la protection des personnes vulnérables, nous pouvons traiter le virus comme un problème médical plutôt que social et le gérer de manière ordinaire. Une urgence déclarée nécessite une justification continue, et cela fait maintenant défaut…

Même dans les endroits soumis à des mesures de verrouillage strictes, il y a quotidiennement des centaines de milliers de cas d’omicron nouvellement enregistrés et d’innombrables positifs non enregistrés provenant de tests à domicile. Des mesures telles que le masquage obligatoire et la distance ont eu des effets négligeables ou tout au plus minimes sur la transmission. Les quarantaines de population à grande échelle ne font que retarder l’inévitable. La vaccination et les rappels n’ont pas stoppé la propagation de la maladie omicron, les pays fortement vaccinés comme Israël et l’Australie ont plus de cas quotidiens par habitant que n’importe quel endroit sur terre en ce moment. Cette vague suivra son cours malgré toutes les mesures d’urgence.

Jusqu’à omicron, la guérison de Covid offrait une protection substantielle contre une infection ultérieure. Alors que la variante omicron peut réinfecter les patients guéris d’une infection par des souches précédentes, une telle réinfection a tendance à produire une maladie bénigne. Il est peu probable que les futures variantes, qu’elles aient évolué à partir d’omicron ou non, échappent à l’immunité fournie par l’infection par omicron pendant longtemps. Avec la propagation universelle d’omicron dans le monde, les nouvelles souches auront probablement plus de difficulté à trouver un environnement hospitalier en raison de la protection offerte à la population par l’immunité naturelle généralisée d’omicron.

Étant donné qu’omicron, avec son infection bénigne, suit son cours jusqu’au bout, rien ne justifie le maintien de l’état d’urgence. Les fermetures, les licenciements et les pénuries de personnel et les perturbations scolaires ont causé au moins autant de dommages à la santé et au bien-être de la population que le virus. Les peuples ont suffisamment sacrifié leurs droits humains et leurs moyens de subsistance pendant deux ans au service de la protection de la santé publique en général.

Omicron circule mais ce n’est pas une urgence. L’urgence est passée. La déclaration d’urgence en cours doit être annulée. C’est l’heure, de SOIGNER au lieu de VACCINER !!