Les contre-indications au jeûne

  • par

Maria Buchinger, qui a assisté son père pendant de nombreuses années, lui a un jour posé cette question :  « Que dois-je répondre à tous ceux et celles qui veulent savoir ce que le jeûne peut guérir ? » Et Otto Buchinger répondit : « Demande-moi plutôt ce que le jeûne ne peut pas guérir !  Ce ne sont que quelques maladies : tuberculose, hyperthyroïdie… Dans tous les autres cas, et notamment en cas de maladies chroniques, le jeûne vaut la peine d’être essayé ».

Les contre-indications au jeûne :

Ci-joints les contre-indications au jeûne, contactez-nous si vous souhaitez vous assurer que vous pouvez jeûner :

– Malades épuisés, dévitalisés, grands sous-vitaux anergiques

– Tuberculose pulmonaire

– Myopathie pseudo-paralytique grave (dégénérescence musculaire)

– Diabète maigre (type1-insulino-dépendant)

– Grande faiblesse avec insuffisance émonctorielle

– Phobie du jeûne

– Néphropathies

– Malades sous médication chimique lourde (voir selon les cas)

– Grossesse

– Carences aigues en minéraux (voir selon le cas)

– Carence ou faible taux d’albumine, dans ce cas corriger les carences avant de jeûner.

 Le jeûne n’est pas efficace pour :

1- Les personnes qui gardent une mauvaise hygiène de vie entre les jeûnes. En effet les effets bénéfiques du jeûne disparaissent pour les personnes qui se nourrissent mal ou suivent une mauvaise hygiène de vie après un jeûne.

2- S’il est réalisé et vécu sous la contrainte, la peur, le challenge, ou pour faire plaisir à un ami ou conjoint trop bien intentionné. Les ressentiments, les émotions négatives engendrés alors freinent voire inhibent les bénéfices qu’apporte le jeûne.

Source : https://www.jeunerpoursashttps://www.jeunerpoursasante.fr/indication-contre-indication-au-jeuneante.fr/indication-contre-indication-au-jeune